HiStOiReS GeOrGiEnNeS
VOYAGES D'UN PARISIEN EN GÉORGIE : KAKHÉTIE (SIGHNAGHI, UJARMA, ALAVERDI, KISTAURI), IMÉRÉTI (UBISA, SHROSHA)


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

Derniers articles

TOAST GÉORGIEN (nov. 2013)
'LA VOIX DE ROUSTAVELI" de IRAKLI ABACHIDZE (1960) (nov. 2013)
"LA NUIT ET MOI", de GALAKTION TABIDZE (1892-1959)
UBISA (1) (Géorgie) (11.10.2013) (11 PHOTOS)
UBISA (2) (Géorgie) (11.10.2013) (12 PHOTOS)
MAÏS, GRENADES ET KARALIOKI (Kistauri) (Kakhétie, octobre 2013) (14 PHOTOS)
CHÂTRONS LES COCHONS ! (Kistauri) (Kakhétie, octobre 2013) (13 PHOTOS)
ALAVERDI ou de l'UBIQUITÉ (Kakhétie, octobre 2013) (13 PHOTOS)

La carte des lieux visités



Rubriques

A1. LITTERATURE
A2. POEMES
A3. POESIE GEORGIENNE
A4. RECIT
B. HISTOIRE, POLITIQUE
C. GEOGRAPHIE
D. LANGUES
E1. THEATRE, DANSE
E2. MUSIQUE
E3. ARCHITECTURE
E4. PEINTURE, SCULPTURE
F1. EGLISE ORTHODOXE
F2. AUTRES RELIGIONS
G. MANGER, BOIRE
H. VIE RURALE

Sites favoris

http://vagabonder.uniterre.com
http://inde.uniterre.com
http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

ALAVERDI ou de l'UBIQUITÉ (Kakhétie, octobre 2013) (13 PHOTOS)

 

 

Drapeaux de l'État et de l'orthodoxie de Géorgie

(Croix de Sainte-Nino).

 

 

 

 

ALAVERDI

 

ou

 

de l'UBIQUITÉ

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

 

D'où que l'on vienne

 

de la montagne comme de la plaine

 

on repère de très loin

 

une tâche blanche

 

presque lumineuse

 

dans la plaine de l'Alazani :

 

c'est Alaverdi

 

 

 

Quand la voiture ne réalisait pas 

 

nos désirs avant même de les formuler

 

l'approche d'Alaverdi

 

était exaltante

 

 

 

Les pèlerins descendaient le Grand Caucase

 

passaient le dernier col à l'ouest

 

ou marchaient depuis l'Azerbaidjan

 

le joyau de pierres

 

scintillait dans la lumière

 

 

 

 

2

 

 

 

Dimanche 27 octobre 2013.

Après deux jours passés à Kistauri entre amis, nous visitons en vingt minutes le monastère d'Alaverdi.

Élections présidentielles obligent, nous devons arriver à Tbilissi avant la fermeture des bureaux de vote.

Ce texte n'est qu'une ébauche, que je nourrirai grâce à une seconde visite, où je serai maître de mon temps.

 

 

Le monastère est fondé par le moine assyrien Joseph Alaverdeli, venu d'Antioche, qui s'installe à Alaverdi.

Certaines parties du monastère datent du VIème siècle.

Au XIème siècle, le roi de Kakhétie Kvirike le Grand construit la cathédrale.

 

 

Dans la plaine et ses pourtours, la cathédrale est visible de très loin grâce à sa hauteur de 55 mètres.

Monticule blanc posé sur la plaine agricole verte.

Selon Nodari, les vignobles extérieurs à l'enceinte n'appartiennent plus au monastère. Ils ont été achetés par de riches investisseurs étrangers.

 

 

En approchant, le mur fortifié de tours, qui protège le vaste domaine, surprend par sa longueur.

 

 

.

 

 

 

Au niveau de l'entrée, de larges douves font de ce monastère une place difficile à prendre d'assaut.

 

 

 

 

 

3

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, arbres et ruches voisinent dans les douves.

 

 

Un clocher surmonte la solide porte d'entrée.

 

 

 

 

Dans la cour, les ceps de vignes s'alignent, portent des raisins blancs et noirs.

De façon traditionnelle, ils sont plantés verticalement, tenus par liens entourant des tuteurs.

 

 

 

 

Depuis des siècles, le monastère d'Alaverdi est célèbre pour son vin.

 

 

De l'autre côté du sentier, les moines ont planté sur la pelouse de jeunes oliviers. Dans quelques années, une récolte supplémentaire d'olives sera possible.

 

 

 

 

 

Devant nous, la masse de pierres blanches de la cathédrale s'impose.

 

 

 

 

 

4

 

 

CATHÉDRALE SAINT-GEORGES D'ALAVERDI

 

 

 

Depuis le XIème siècle, c'était le plus haut bâtiment religieux de Géorgie.

Mais la cathédrale de la Trinité de Tbilissi, consacrée en 2004, détrône Alaverdi de ce titre de gloire.

 

 

 

 

Au dessus de l'entrée, fresque de Saint-Georges, le saint patron de la cathédrale, qui transperce le dragon de sa lance :

 

 

 

 

 

L'intérieur m'est familier. En oubliant la fresque byzantine du choeur, je crois entrer dans une église romane de France.

La nef est vaste et haute, de lignes pure et simple.

 

 

 

 

Un mariage se prépare. Pendant que les invités attendent le pope, deux photographes prennent de l'avance.

Comme il est interdit de photographier à l'intérieur de la cathédrale, j'espère bénéficier d'une certaine tolérance si j'opère avec discrétion.

La coupole aux seize fenêtres est un puits de lumière utile :

 

 

 

 

Je commence avec la fresque principale du choeur : la Vierge et l'Enfant, entourés d'anges :

 

 

 

 

Les autres fresques sont davantage détériorées.

Au XIXème siècle, les Russes ont peint sur les fresques pour les effacer. Une partie d'entre-elles seulement ont été restaurées.

 

 

Un surveillant m'interpelle et je cesse de photographier.

Mes amis s'apprêtent d'ailleurs à quitter l'église. 

D'habitude, j'ai le temps de me plier à l'interdiction, puis de désobéir à la première occasion...

 

 

Le monastère est le centre d’une célébration annuelle religieuse, l’Alaverdoba.

Le dernier dimanche de septembre, cette antique fête des moissons réunit chrétiens et musulmans de la région depuis des siècles.

La fête des vendanges d'Alaverdi culmine le 28 septembre, jour de la Saint-Joseph d'Alaverdi.

 

 

 

5

 

 

 

Alaverdi ou de l'ubiquité

 

nous sommes partout

 

nous ne sommes nulle part

 

en quelques heures nous découvrons

 

Alaverdi, Ujarma, Tbilissi

 

nous consommons ces lieux

 

en gloutons affamés d'espace

 

 

 

Que reste-t-il de ces expériences ?

 

Une soif inaltérable

 

pour quelque chose qui compte

 

qui marque le temps

 

aux braises, d'un sceau indélébile 

 

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 


Lien

Publié à 08:23, le 5/11/2013 dans F1. EGLISE ORTHODOXE, Alaverdi
Mots clefs :