HiStOiReS GeOrGiEnNeS
VOYAGES D'UN PARISIEN EN GÉORGIE : KAKHÉTIE (SIGHNAGHI, UJARMA, ALAVERDI, KISTAURI), IMÉRÉTI (UBISA, SHROSHA)


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

Derniers articles

TOAST GÉORGIEN (nov. 2013)
'LA VOIX DE ROUSTAVELI" de IRAKLI ABACHIDZE (1960) (nov. 2013)
"LA NUIT ET MOI", de GALAKTION TABIDZE (1892-1959)
UBISA (1) (Géorgie) (11.10.2013) (11 PHOTOS)
UBISA (2) (Géorgie) (11.10.2013) (12 PHOTOS)
MAÏS, GRENADES ET KARALIOKI (Kistauri) (Kakhétie, octobre 2013) (14 PHOTOS)
CHÂTRONS LES COCHONS ! (Kistauri) (Kakhétie, octobre 2013) (13 PHOTOS)
ALAVERDI ou de l'UBIQUITÉ (Kakhétie, octobre 2013) (13 PHOTOS)

La carte des lieux visités



Rubriques

A1. LITTERATURE
A2. POEMES
A3. POESIE GEORGIENNE
A4. RECIT
B. HISTOIRE, POLITIQUE
C. GEOGRAPHIE
D. LANGUES
E1. THEATRE, DANSE
E2. MUSIQUE
E3. ARCHITECTURE
E4. PEINTURE, SCULPTURE
F1. EGLISE ORTHODOXE
F2. AUTRES RELIGIONS
G. MANGER, BOIRE
H. VIE RURALE

Sites favoris

http://vagabonder.uniterre.com
http://inde.uniterre.com
http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

MAÏS, GRENADES ET KARALIOKI (Kistauri) (Kakhétie, octobre 2013) (14 PHOTOS)

 

 

 

 

 

 

MAÏS, GRENADES

 

 

ET KARALIOKI

 

 

 

(Kistauri)

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

En octobre, je séjourne quelques jours à Shrosha (Imérétie) puis à Kistauri (Kakhétie).

Les vendanges, les churchkhelas ou la castration des cochons font l'objet d'articles.

Parlons maintenant de maïs, de grenades et de karalioki.

 

 

 

2

 

 

 

Les épis de maïs sèchent sur les terrasses des maisons.

On les attachent par les feuilles pour les suspendre à cheval sur les balcons, exposés directement au soleil.

La place manquant, on les suspend sur des cordes comme du linge.

 

 

 

 

 

Souvent, on stocke les épis nus sur le sol des terrasses, dans les zones les plus ensoleillées.

C'est un terrain de jeu intéressant pour les enfants.

 

 

 

 

Ils s'amusent à lancer les épis contre les murs, pour créer de nouveaux tas.

 

 

Quand les cochons s'agitent, grognent de plus en plus dans la porcherie, c'est qu'ils ont faim.

On remplit sur la terrasse un seau de maïs.

La distribution faite, les cris cessent.

 

 

On ne laisse pas les épis sur la terrasse, mais on les stocke dans un grenier, où ils sont mieux protégés.

 

 

 

 

 

Certains épis de maïs sont magnifiques.

Que pensez-vous de ces couleurs ?

 

 

 

 

 

 

3

 

 

 

Je trouve des grenadiers un peu partout en Géorgie.

Se gorger d'une grenade mûre, c'est mordre la bouche d'une femme à l'haleine capiteuse.

 

 

 

 

 

En octobre, les fruits sont encore durs, il faut attendre pour les cueillir.

 

 

Le rouge soutenu des grenades attire.

On les dirait vernies, une à une, par un peintre méticuleux, après chaque averse.

 

 

 

 

 

Faire rôtir de la viande sur un feu de bois dans la nature est un plaisir indispensable entre amis.

Avant de servir, arroser la viande d'un jus de grenade...

 

 

 

 

 

À Shrosha, je découvre des grenades merveilleusement éclatées.

On pense à certaines plantes carnivores s'apprêtant à gober un insecte. Ou à des sexes de femme grands ouverts.

Depuis toujours, les hommes ont fait de la grenade le fruit érotique par excellence.

 

 

 

 

 

4

 

 

 

La Géorgie est couverte d'arbres aux fruits oranges.

 

 

 

 

 

On croit voir d'abord des orangers.

Selon la distance et la lumière, on peut imaginer des abricots ou des pêches.

 

 

 

 

 

Mais en s'approchant, le doute n'est plus permis : cet arbre peu connu en France n'a rien de commun avec l'oranger.

 

 

 

 

 

Son fruit s'appelle karalioki.

Lorsqu'il est très mûr, il devient rouge et porte le nom de khurma. Je le préfère rouge à orange.

La chair devient fondante, juteuse, c'est un régal.

 

 

 

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 



Publié à 14:05, le 8/11/2013 dans H. VIE RURALE, K'istauri
Mots clefs :
Page précédente
Page 6 sur 19